La cordée

Frédéric BREHE

Frédéric BREHE
Guide de haute montagne

Assaisonné au sel de Guérande, c’est à l’ombre discrète des menhirs d’Armorique que ma passion pour les sommets enneigés voit le jour.
Achevant mes études de géologie à l’université de Grenoble, je dévore, boulimique les hautes cimes de l’Oisans.

Mes choix professionnels se portent naturellement vers le métier de guide de haute montagne, lequel j’exerce avec passion depuis 20 ans.
Mon parcours d’alpiniste a toujours été motivé par des projets ambitieux, qui, pour les réaliser, m’ont poussé à grandir : grandes hivernales, courses mythiques d’Europe et d’Amérique du sud avec comme port d’attache Chamonix.

Aujourd’hui, mon regard se porte vers la réalisation de tous les sommets de plus de 4000m des Alpes, 82 au total. Jordane Lienard, avec qui j’ai déjà réalisé de nombreuses courses, apparaît comme la partenaire idéale pour mener à bien ce projet.

C’est autant le défi d’une cordée, que l’ambition d’un guide et la volonté d’une femme passionnée; sans l’un et l’autre nous ne pourrions rien.

Dans un contexte de changement climatique, bouleversant les paysages des Alpes, nous aurons à cœur d’embrasser l’image figée des glaciers immenses, pour que cette aventure puisse être une fenêtre ouverte, au regard de tous, sur la beauté extraordinaire de ces jardins d’altitude.

J’ai découvert l’alpinisme il y a 15 ans, sur la corde de Frédéric Bréhé, déjà guide de haute montagne. Mettre un pied dans cet univers que je ne soupçonnais pas a changé ma vie. Je n’ai rapidement aspiré qu’à ces pauses en montagne, mélanges de défis, de dépassement de soi, de beauté en perpétuel changement, d’univers parfois rugueux mais toujours bienveillant. La course à pied est rapidement devenue un outil pour l’alpinisme et plus une fin en soi. Frédéric m’a fait grandir dans ce sport en me faisant découvrir l’escalade sur rochers, les courses d’arête, les longues ascensions et en instaurant cette relation de confiance que la corde incarne tellement bien, allégorie d’une vie réussie dans l’altérité.

Ma vie professionnelle a toujours tourné autour de cet enjeu de la relation à l’autre et comment l’améliorer dans des situations de crises ou multi-culturelles. Observer ce champ de l’interdépendance dans un contexte de dépassement de soi sera riche.

Gravir tous ces géants des Alpes est un défi mais surtout un chemin dont je ne connais pas encore toutes les difficultés et les grandes joies qu’il m’offrira; je sais qu’il me transformera pour le meilleur et qu’il permettra peut-être d’ouvrir des consciences à la beauté de ce monde que l’on doit préserver et donnera envie à des néophytes de se lancer dans ce sport unique et tellement gratifiant.

Jordane PETIT – LIENARD
Alpiniste amateur