4mil82 c’est le projet Jordane PETIT LIENARD (alpiniste amateur) et Frédéric BREHE (guide de haute montagne) de gravir les 82 sommets des Alpes de plus de 4000m d’altitude sans prendre de remontées mécaniques.

  • C’est l’ascension de sommets mythiques : les Grandes Jorasses, les  Droites, le Cervin, le Schreckorn, les Aiguilles du Diable, l’Aiguille Blanche de Peuterey, la Barre des Ecrins, le Mont-Blanc… pour ne citer qu’eux
  • C’est aller rejoindre des sommets isolés, difficilement accessibles
  • C’est l’enchaînement de plusieurs sommets de 4000m dans une journée et plusieurs jours de suite
  • C’est surtout la volonté d’aller jusqu’au bout sur le “chemin des 4000”.

Blog 82 histoires à vous raconter

Nadelgrat et Lenzpitze en aller-retour

La Nadelgrat sera notre première grande traversée de l’été. Ce sont quatre sommets reliés par une très belle arête mixte (rocheuse et en neige) et exigeante que l’on a allongé en poursuivant vers le Lenspitze.

J’ai eu le temps de penser à cette ascension en montant au refuge Bordiers depuis Alpja entre Gasenried et Grächen. Un beau chemin coloré par des grappes de Rhododendrons et de mélèzes. Nous mangerons au bord de la rivière qui coule le long de ce vallon. Mon sac me paraît alors lourd ; j’ai probablement commencé à accumuler trop de « on ne sait jamais »

Allalinhorn – 4017m

Si vous avez suivi nos pérégrinations depuis le début, vous avez peut-être noté que nous étions quasiment au sommet du Strahlhorn lorsque l’on a su que nous ne pourrions pas partir pour l’Allalinhorn et l’Alphubel le lendemain comme nous l’espérions à cause du confinement qui devait commencer 36h plus tard. Ces sommets et leur évocation ont laissé un goût amer dans mon esprit et un peu de confusion, comme si ces montagnes appartenaient à un autre monde. Imaginez deux parts de votre gâteau préféré que l’on met devant vos yeux pour mieux vous les enlever…

Lagginhorn – 4010m

Après le traditionnel rangement de sac, installation dans les dortoirs du refuge, le petit encas post-effort et une toilette « succinte », nous voilà à lézarder sur la terrasse du refuge. Fred discute avec un membre de la compagnie des guides de Chamonix ; j’écris dans mon journal quelques lignes pour me souvenir de la journée. J’essaie d’envoyer un message à ma famille mais sans grand succès. La paix en montagne est à ce prix.